En 2012, elle avait accepté d’être la marraine d’un Bal à la Page placé sous le signe de l’érotisme. À l’époque, elle évoluait encore dans le monde du X sous le pseudonyme de Katsuni. Aujourd’hui auteure de bandes-dessinées et comédienne, elle se présente sous son vrai nom. Céline Tran nous fait le plaisir de revenir au festival Livres en tête. Elle exécutera un numéro de danse aérienne lors de la soirée TaPage Nocturne du 24 novembre. Rencontre avec cette artiste aux innombrables facettes.

Céline Tran (Katsuni) performeuse au festival Livres en Tête !

Céline Tran performeuse au festival Livres en Tête

✎  Que retenez-vous de votre précédente expérience au Festival Livres en Tête ?

C’était il y a cinq ans au réfectoire des Cordeliers, Les Livreurs m’avaient alors proposé d’être marraine de la soirée consacrée à la littérature érotique et lors de laquelle j’ai eu la joie de rencontrer Bernard Pivot, parrain du festival. Ce fut une très belle soirée ponctuée de performances étonnantes par les lecteurs à voix haute, et une très jolie manière de découvrir ou redécouvrir d’excellents textes. Cela m’avait donné envie de prendre des cours de lecture à voix haute mais je n’habitais pas Paris à cette période.

✎  Qu’attendez-vous de cette nouvelle édition ?

D’y retrouver des passionnés de littérature, ce qui ne devrait pas être difficile ! Et bien entendu la convivialité que j’avais tant appréciée lors de ma première expérience. Dans cette soirée nous célébrons les mots et le plaisir de les écouter, c’est une fête.

✎  Aimez-vous la lecture à haute voix ?

Depuis que je l’ai découverte durant le festival, oui ! Je pense que c’est une très belle manière de vivre la littérature. Cela permet de la partager, de la vivre autrement, comme un spectacle, au même titre qu’une pièce de théâtre. Seul, chez soi, cela peut également s’avérer très agréable d’écouter une lecture, c’est divertissant et apaisant à la fois. J’imagine que pour les personnes n’étant pas ou plus en mesure de lire, cela représente un moyen idéal pour continuer d’apprécier les livres. Non seulement c’est une technique et un art à part entière mais elle peut autant toucher les petits que les grands. D’ailleurs, je réalise que petite, j’écoutais des lectures de contes de fée enregistrés sur vinyls. Se laisser porter par une voix est une très bonne manière de stimuler l’imagination.

✎  La lecture à haute voix en une émotion ?

Exaltation.

Votre mot préféré ?

Gourmandise.

✎  Un mot que vous n’aimez pas ?

Impossible.

✎  Votre bruit préféré ?

Le ronron d’un chat.

✎  Le livre qui vous a donné le goût de la lecture et/ou de l’écriture ?

Impossible de n’en choisir qu’un ! Petite ça a commencé immédiatement avec les livres de contes de fée puis les Fables de La Fontaine. Mais s’il m’en faut citer un je dirais Histoire de L’œil de G. Bataille, un vrai choc. Mais c’est… Harry Potter qui m’a ramenée à la lecture après être restée des années sans avoir ouvert un livre.

✎  La lecture : une activité solitaire ?

Oui, et également un plaisir à partager. J’aime lire seule mais une fois le livre (ou la bande-dessinée) dévoré, j’aime le prêter. J’aime effectuer ce type d’échange et pouvoir discuter du livre ensuite.

✎  Dans quelles conditions aimez-vous lire ?

N’importe quel lieu est bon pour lire, c’est ça qui est merveilleux. On ouvre un livre, on se retrouve ailleurs. J’ai une préférence pour mon canapé chez moi, assise, genoux repliés et calée contre des coussins avec un thé, ou dans le train, installée contre la fenêtre. En revanche j’évite de lire allongée, cela m’endort beaucoup trop rapidement !

  Dans quelles conditions aimez-vous écrire ?

Chez moi, toujours sur mon cher canapé, ou dans un café planquée dans un coin à l’abri des regards mais où je peux observer tout le monde. J’ai alors la sensation d’être privilégiée et à l’abri. Et s’il y a un chat dans les parages, c’est parfait ! Mon pire ennemi, internet ! Les tentations sont trop nombreuses, il est nécessaire d’être déconnecté.

  La lecture en une émotion ?

Apaisement.

✎  Un souvenir associé à la lecture ?

Moi enfant puis ado, cachée sous la couette à lire à avoir les yeux qui piquent, le nez contre les pages et ma lampe de poche à la lumière fébrile, la pile presque vide. Je lisais alors Agatha Christie et Mary Higgins Clark… plus tard, Stephen King. Je feignais de dormir dès que j’entendais ma mère ouvrir la porte pour vérifier que je ne veillais pas ! Un livre reste pour moi un objet précieux, et la lecture un moment privilégié.

✎  Lecture et danse font-elles bon ménage ?

Bien sûr, la lecture est une musique. Prononcer les mots c’est émettre des sons, des vibrations, choisir un rythme et des variations, c’est une respiration. Tous les arts sont connectés, chacun d’entre eux est un langage et entre chacun se créent des correspondances. Pour ma part, le soir du 24 j’effectuerai un numéro de tissu aérien sur une chanson, et non sur une lecture, c’est un numéro assez « classique ». Mais cela pourrait être une expérience intéressante de tenter l’expérience une prochaine fois.

✎  Que vous évoque le terme Tapage Nocturne ?

Des voisins qui font un peu trop la fête mais qui ont probablement raison !

Propos recueillis par Solène Reynier, Fanny Boutinet et Marie-Sophie Simon pour Les Livreurs

Céline Tran est à retrouver le 24 novembre au Festival Livres en Tête. Elle effectuera une performance en tissu aérien et vous aurez le plaisir de la rencontrer lors d’une signature des Bandes-Dessinées qu’elle a scénarisées.

Rendez-vous sur son blog !

 

Envie de réagir ?