Première frappe et, tout de suite, on est gagné. On souffle sur le court, la poussière aux chevilles ; on incarne à toute vitesse, car il s’agit de réagir vite, le retour de balle n’attend jamais. Et, venue d’ailleurs, décrivant minutieusement cet instant du set où tout va basculer pour le futur vainqueur, la voix, la voix de l’écrivain bourdonne à nos oreilles ; car le texte sportif ne demeure en aucun cas couché sur le papier. Sa lecture n’est pas silencieuse, elle est scandée dans nos têtes, elle s’épaissit, prend la tessiture d’une voix frénétique, haletante, électrisée. S’agissant de sport, l’histoire, le compte-rendu, la critique, tous ont des muscles, des os et puis un souffle aussi. L’écrit sportif est une discipline pratiquée par des athlètes littéraires, des athlettres en somme, pour lesquels la narration est une endurance et le verbe, un javelot.

À bout de lettre, chroniques sportives - Athlettres

Le sport nous parle de corps. De celui qui le pratique, qui lui prête ses nerfs et ses yeux ; et de celui qui le lit, qui ne peut s’empêcher dès lors d’incarner et, parfois même, de se dépasser en rêve.Lire un texte sportif touche au fantasme : celui de devenir le compétiteur acharné auquel l’écrivain prête vie. Celui, aussi, d’intégrer le lieu de l’action : piste de course, hippodrome, bassin, gymnase nourrissent les imaginaires de foules, de cris, d’efforts, de défaite et d’espoir. Le sport nous parle de corps, mais pas seulement : il réside aussi dans ce mouvement de la volonté dans l’espace. Car qu’est-ce que le sport, si ce n’est la rationalisation d’une énergie ? Le sport a intellectualisé le corps dans sa nature mouvante ; il a aussi, du même coup, intellectualisé l’espace, désormais apte à cadrer cette dépense énergétique.

On pourrait en faire tout un roman, on en a écrit des milliers. Des œuvres en course, à bout de sueur, qui nous racontent souvent qu’en définitive, le sport n’a pas changé depuis la nuit des temps ; mais, pour autant, les manières de le raconter diffèrent. De Denis Grozdanovitch à Albert Londres, en passant par Colette et Georges Perec, les Livreurs mèneront un marathon de la lecture sonore lors de la soirée Athlettres, le mercredi 27 novembre, pour le festival Livres en Tête édition 2013.

Nelson Monfort remettra le prix Short Edition du festival Livres en Tête

Nelson Monfort remet le prix Short Edition – Livres en Tête

À cette occasion, des figures incontournables du monde sportif, de la voix et des lettres contribueront à transformer l’Auditorium Saint-Germain en véritable stade olympique, dont Nelson Monfort, la grande figure du journalisme sportif, qui remettra le prix shortEdition-Livres en Tête 2013 dans la catégorie Athlettres, Denis Grozdanovitch, écrivain et sportif multi-médaillé, Hubert Artus, qui a eu l’ambition de passer en revue dans un dictionnaire du foot toute l’histoire de ce sport exaltant, et Raymond Poulidor, coureur cycliste auréolé de sa célèbre légende d’éternel second.

Le mercredi 27 novembre 2013, venez muscler vos imaginaires et revivre de grands moments de sport avec Athlettres et le festival Livres en Tête cinquième édition.

Découvrez également :

Short Edition, notre partenaire pour le concours de nouvelles Livres en Tête !

Notre partenaire pour le concours de nouvelles shortEdition-Livres en Tête 2013 !

Découvrez la dégustation littéraire, événement du festival Livres en Tête

La soirée « Dégustation littéraire » du 26 novembre, pour mieux « goûter » les livres audio.

Envie de réagir ?